Conception : comment naît un désir de bébé ?

Contenu

D'où vient le désir d'enfant ?

Le désir d'enfant s'enracine – en partie – dans l'enfance, à travers le mimétisme et le jeu de poupée. Très tôt, leune petite fille s'identifie à sa mère ou plutôt à la fonction de mère qui passe par la chaleur, la tendresse et la dévotion. Vers 3 ans, les choses changent. La petite fille se rapproche de son père, elle souhaite alors prendre la place de sa mère et avoir comme elle un enfant de son père : c'est l' Odipe. Bien sûr, le petit garçon traverse aussi tous ces bouleversements psychiques. Le désir d'enfant s'exprime moins pour lui par des poupées, des bébés, que par des camions de pompiers, des avions… Des objets qu'il associe inconsciemment au pouvoir paternel. Il veut devenir un père comme son père, être son égal et le détrôner en séduisant sa mère. Le désir d'enfant s'endort alors pour mieux se réveiller à la puberté, lorsque la fille devient fertile.. Ainsi, "le changement physiologique s'accompagnera d'une maturation psychique qui, progressivement, l'amènera à une rencontre amoureuse et au désir d'accoucher", explique Myriam Szejer, pédopsychiatre, psychanalyste, à la maternité. Hôpital Foch, à Suresnes.

Le désir de bébé : un désir ambivalent

Pourquoi chez certaines femmes le désir d'enfant s'exprime très tôt alors que d'autres rejettent, refoulent l'idée même de la maternité pendant de longues années, puis décident juste avant que ce ne soit plus possible ? Vous pourriez penser qu'envisager une grossesse est un processus conscient et clair qui commence par l'arrêt délibéré de la contraception. C'est cependant beaucoup plus complexe. Le désir d'enfant est un sentiment ambivalent lié à l'histoire de chacun, au passé familial, à l'enfant qu'on était, au lien avec la mère, au contexte professionnel. On peut avoir l'impression de vouloir un enfant, mais on ne le fait pas car un autre sentiment prime : « Je veux et je ne veux pas en même temps ». Le contexte dans le couple est déterminant car le choix de Fonder une famille en prend deux. Pour qu'un enfant naisse, "le désir de la femme et celui de son compagnon doivent se rencontrer en même temps et cette confrontation n'est pas toujours évidente", souligne Myriam Szejer. Il faut aussi qu'au niveau physiologique tout fonctionne.

Plus sur le sujet :  Mères porteuses, GPA : que dit la loi en France ?

Ne pas confondre désir de grossesse et désir d'enfant

Certaines femmes, parfois très jeunes, manifestent un désir irrépressible d'enfants. Ils ont veux être enceinte sans vouloir un enfant, ou ils veulent un enfant pour elle-même, pour combler un vide. La conception d'un enfant, lorsqu'elle n'est pas articulée avec le désir de l'autre, peut être un moyen de satisfaire un désir purement narcissique. « Ces femmes pensent qu'elles ne seront valables que lorsqu'elles seront mères », explique la psychanalyste. " Le statut social passe par le statut maternel pour des raisons qui sont inscrites dans l'histoire de chacun. Cela ne les empêchera pas d'être de très bonnes mères. Les problèmes de fertilité peuvent également conduire à une envie irrépressible d'avoir un enfant. De nombreuses femmes désespèrent de ne pas être enceintes alors qu'elles subissent un traitement médical. Des blocages psychiques qui prennent souvent racine dans la relation mère-fille peuvent expliquer ces échecs répétés. Nous voulons un enfant plus que tout, mais paradoxalement une partie inconsciente de nous n'en veut pas, le corps refuse alors la conception. Pour tenter de lever ces obstacles inconscients, un travail psychanalytique est souvent nécessaire.

Ce qui fait naître le désir d'enfant

Le désir d'enfant s'inscrit aussi dans un contexte social. Vers la trentaine, de nombreuses femmes tombent enceintes et déclenchent le même enthousiasme dans leur entourage. A cet âge clé, la plupart des futures mamans ont déjà bien démarré leur carrière professionnelle et le contexte financier se prête davantage à rêver d'un projet de naissance. Au fil des années, la question de la maternité se fait plus pressante et l'horloge biologique fait entendre sa petite voix quand on sait que la fécondité est la meilleure entre 20 et 35 ans. Le désir d'enfant peut aussi être motivé par le désir de donner un petit frère ou une petite sœur à un premier enfant ou pour fonder une famille nombreuse.

Plus sur le sujet :  Adoption simple et adoption plénière : quelle différence ?

Quand abandonner le dernier enfant

Le désir de maternité est intimement lié à l'instinct de reproduction. Comme tout mammifère, nous sommes programmés pour nous reproduire le plus longtemps possible. L'enfant naît lorsque l'instinct de reproduction coïncide avec le désir d'enfant. Pour Myriam Szejer, « une femme a toujours besoin d'enfants. Cela explique pourquoi lorsque le plus jeune commence à grandir et qu'elle sent qu'il s'éloigne, un nouveau bébé se met en branle », souligne-t-elle. Quelque part, " la décision de ne plus accoucher est vécue comme un renoncement à l'enfant suivant. Bon nombre de femmes contraintes d'avorter à la demande de leur mari vivent très mal cette situation car, au fond d'elles, quelque chose a été profondément violé. La ménopause, qui représente la fin de la fertilité, est parfois aussi vécue très douloureusement car les femmes sont contraintes d'abandonner définitivement l'enfant. Ils perdent le pouvoir de décider.

Pas de désir d'enfant : pourquoi ?

Il arrive bien sûr que certaines femmes ne ressentent aucun désir d'enfant. Cela peut être dû à des blessures familiales, à l'absence d'une vie conjugale épanouie ou à un désir délibéré et pleinement assumé. Dans une société qui glorifie la maternité, ce choix peut parfois être difficile à assumer psychologiquement. Cependant, l'absence de désir d'enfant n'empêchera en aucun cas une femme de vivre pleinement sa féminité et de s'engager dans d'autres voies en toute liberté.

Laissez un commentaire